Plasticienne, scénographe, invite à prendre le temps de voyager, d’osciller entre ce que l’on distingue et ce qui se cache, comme pour projeter dans l’intrigue. Au coeur de celle-ci, des corps de femmes, des animaux, viennent bousculer l’ordre et se jouer des décors. Entre le lisible, le visible et l’invisible, des narrations interrompues rythment notre regard, de nouvelles histoires sont suggérées, murmurées.

L’oeuvre de Mélanie Gabu invite le spectateur à vivre un instant onirique singulier, placé hors du temps. Avec sensibilité, l’artiste met en scène des photos qu’elle détourne habilement et compose des univers élégants, vaporeux, sensuels, puissants, violents.